Pourquoi la France va-t-elle interdire les microbilles dans certains cosmétiques ?

microbilles-cosmetiques

Le 6 mars 2017, la France a publié un décret visant à interdire les particules de plastique – ou microbilles – dans les produits cosmétiques (gommages, shampoings, gels douche…). (1) Cette interdiction prendra effet à partir du 1er janvier 2018. À partir de 2020, ce seront les cotons-tiges à usage domestique – car ils contiennent également ces particules – qui seront prohibés. Par quoi remplacer ces microbilles ? Est-ce que les autres pays Européens vont également les interdire ? Qu’en sera-t-il des pays qui sont en dehors de l’Union Européenne ? Avant de répondre à ces questions, je vais vous expliquer pourquoi la France demande la suppression de ces particules de plastique dans certains cosmétiques.

Pourquoi la France va interdire les microbilles dans certains cosmétiques ?

microbilles

Les microbilles sont des minuscules particules de plastique composées de polymères synthétiques – polyéthylène principalement mais aussi polypropylène. Les polymères synthétiques qui servent entre autre d’épaississant et d’émollient – ont été en grande partie utilisés en cosmétique pour leur bas coût. Malgré le fait qu’ils seraient « sans danger pour la santé » , il est à noter qu’ils rendent la peau plus perméable aux autres produits chimiques. Aussi, ils peuvent être irritants à forte dose notamment lorsqu’ils sont en contact avec une peau abîmée (coupure due au rasage, blessure au niveau des gencives…).

Néanmoins, si leur interdiction a été demandée ce sont pour des raisons écologiques et non sanitaires. En effet, en utilisant des gels douche et autres cosmétiques rincés qui contiennent ces microbilles, les consommateurs en répandent dans les égouts. Bémol : elles ne sont pas biodégradables. Résultat : elles envahissent les océans et fleuves à une vitesse alarmante provoquant ainsi la mort de nombreux poissons, oiseaux et  mammifères marins. En juillet 2016, 60 millions de consommateurs publiait d’ailleurs un article pour dénoncer cela : « la taille minuscule (parfois moins d’un millimètre) de ces microbilles empêche tout traitement par les stations d’épuration, si bien qu’on les retrouve dans les fleuves, dans les océans et dans les estomacs des poissons ! »

Enfin, vous l’aurez compris, ces microbilles sont indirectement nocives pour la santé humaine car elles se retrouvent dans les organismes marins (huîtres, moules, poissons…) qui sont ensuite consommés par l’homme.

Conseil : Pour l’instant, la plupart des dentifrices destinés aux enfants contiennent encore des microbilles. Sachant que les enfants ont parfois tendance à avaler le dentifrice, je vous invite à être vigilant jusqu’à ce que l’interdiction soit effective.

Par quoi les microbilles pourront-elles être remplacées ?

Pour faire simple, voici quelques exemples d’ingrédients qui pourront remplacer les microbilles :

  • acide silicique, (2)
  • les microparticules à base de noyaux de fruits secs,
  • les minéraux (sel par exemple),
  • le bicarbonate de soude,
  • le sucre…

Voyons maintenant si les autres pays Européens vont également interdire ces microbilles dans les cosmétiques.

Les microbilles seront-elles interdites dans les autres pays Européens ?

europe

En 2012, l’arrivée d’une application téléphonique  – utilisée dans un premier temps aux Pays-Bas – créée par « Sea Foundation et Plastic Soup Foundation »  dans le cadre de sa campagne appelée « beat the microbead », a permis de contribuer à faire bouger les choses. En effet, grâce à cette application qui permettait aux consommateurs de scanner un produit pour savoir si celui-ci contenait ou non des microbilles de plastique (3), les autorités néerlandaises ont réagi. C’est la raison pour laquelle, les Pays-Bas ont été le premier pays au monde à annoncer la suppression de microbilles de plastique dans les cosmétiques avec pour délai : fin 2016.(4)

Ensuite, bien que l’utilisation des microbilles dans les cosmétiques ait été pointée du doigt depuis de nombreuses années par différentes associations de consommateurs et environnementales à travers le monde, ce n’est qu’en « 2014 que l’Allemagne a brisé la glace en demandant aux industriels de prendre des engagements volontaires pour arrêter d’utiliser les micro-plastiques dans leurs produits.»(5)

Depuis, la France et la Suède font parties des précurseurs Européen en interdisant les microbilles dans les cosmétiques « rincés » à partir du 1er janvier 2018la Suède à proposer cela le 6 juillet 2017.

Le 21 juillet 2017, Michael Gove ministre de l’Environnement au Royaume-Uni – a affirmé qu’il présenterait en fin d’année une loi visant à interdire l’utilisation des microbilles dans les produits rincés (dentifrices, gels douches…). À présent, il faut attendre de voir si il tiendra parole.

L’Irlande envisage également la suppression des microbilles dans les cosmétiques mais cela est encore en discussion.

Vous l’aurez compris, il y a encore du chemin à faire pour que ces microbilles soient totalement interdites à travers le monde mais il faut rester optimiste en espérant que les autres pays – Européens ou non – se décident à interdire ces polluants.

 

À souligner :

Les microbilles seront toujours autorisées dans les crèmes et le maquillage. Si vous voulez les éviter, il faudra lire les étiquettes. Comment les reconnaître ? Voici les différentes appellations : polyéthylène, polypropylène, PEG, PPG.

Que se passe-t-il hors U.E ?

carte-monde

À présent, parlons de ce qui se passe en dehors de l’Union Européenne.

En 2015, les États-Unis ont voté une loi visant à interdire les microbilles.(6) Cependant, c’est l’état de l’Illinois qui en 2014 a été le premier à proposer leur interdiction et la loi prendra effet entre 2018 et 2019 afin que les industriels de la cosmétique puissent s’organiser ; la Californie avait alors suivi le mouvement en proposant la suppression des microbilles dans les cosmétiques d’ici 2020. (7) Dans le New-Jersey, elles devraient être interdites progressivement entre 2018 et 2019 (8) et l’état de New-York annonce également que des mesures seront prises pour les interdire.

Cette année, le Canada a voté une loi visant à interdire les microbilles dans les cosmétiques à compter du 1er janvier 2018. La Corée du Sud et Tawaïn envisagent de prendre des mesures similaires.(9)

Enfin, l’Australie avait annoncé que « les opérateurs locaux s’engageaient à travailler au retrait des microbilles de polyéthylène dans les cosmétiques d’ici la fin de l’année 2017.» (8)

Parlons du plastique en général !

pollution-plastique-ocean

Chaque année, ce sont 12,5 millions de tonnes de plastiques que nous retrouvons dans les océans ! Je vous laisse imaginer l’impact catastrophique de ces déchets sur notre planète et notre santé puisque je le rappelle, cela se retrouve dans notre chaîne alimentaire (poissons, fruits et légumes car eaux polluées).

Bon à savoir : L’Asie de l’Est est l’un des endroits les plus touchés, avec 27 fois plus de plastique dans les mers du Japon qu’ailleurs dans le monde.(10)

Si cet article vous a plu, pensez à vous inscrire pour recevoir notre guide et mieux comprendre la composition des cosmétiques naturels et conventionnels.

[wysija_form id= »2″]


Sources :

(1)https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000034154540&dateTexte=&categorieLien=id

(2) http://www.brigitte.de/beauty/haut/mikroplastik–darum-sind-mikroperlen-in-der-kosmetik-so-gefaehrlich-10150260.html

(3) https://www.surfrider.eu/le-blog/petites-et-mortelles-les-microbilles-de-plastique-dans-vos-cosmetiques/

(4) Beat the Microbead: Nederland spreekt zich uit – plastic soup foundation.

(5) http://www.journaldelenvironnement.net/article/plastique-des-experts-demandent-l-interdiction-des-microbilles,62172

(6)La Maison des États-Unis adopte une loi interdisant les microbilles en plastique – plastics today – auteur Kary Embree – publié le 8 décembre 2015.

(7) Les législateurs de Californie approuvent l’interdiction des microbilles en plastique – Los Angeles Times – publié le 8 septembre 2015.

(8) http://www.premiumbeautynews.com/fr/microbilles-plastiques-l-australie,7525

(9) https://chemicalwatch.com/56870/canada-bans-microbeads-in-cosmetics

(10) http://www.independent.co.uk/environment/microplastics-microbeads-ocean-sea-serious-health-risks-united-nations-warns-a7041036.html

Partager cet article

Passionnée par la cosmétique, la santé et soucieuse de l’environnement, j’ai suivi des formations en dermo-cosmétique naturelle, aromathérapie… Créé ce blog ainsi que la marque de cosmétiques naturels et biologiques RemèTerre – clin d’oeil à mon nom de famille. En parallèle, j’aide les personnes à prendre soin de leur peau grâce à des méthodes naturelles. Si vous avez des questions ou besoin de conseils, je serai ravie de vous répondre à travers les commentaires.

Laisser un commentaire